Prêt immobilier : la facilité du taux fixe


Emprunter pour acheter sa résidence principale est quasiment devenue une obligation pour bon nombre de Français. Avec l’augmentation des coûts dans l’immobilier, il est en effet difficilement envisageable de pouvoir financer son projet en intégralité avec ses seules économies.

Avec les démarches pour mettre au point le meilleur plan financier, vient aussi le choix du prêt. Très nombreux sur le marché, ils offrent en effet, chacun, de nombreux spécificités et avantages, à étudier avec attention avant de signer.

Une autre décision est à prendre à ce niveau, celui du taux d’intérêt. En effet, les prêts actuellement disponibles offrent deux possibilités, celles du taux variable et du taux fixe. Un choix pas toujours évident à réaliser et qui influe pourtant sur toute la durée de l’emprunt, soit de très nombreuses années.

Le prêt à taux fixe : la simplicité avant tout

Le prêt à taux fixe est certainement celui se présentant comme le plus simple. Comme son nom l’indique, il conserve, durant toute la vie du crédit, un taux toujours identique, quelle que soit l’évolution des indices utilisés dans le calcul des taux d’intérêt. Ainsi, chaque souscripteur est assuré de payer toujours les mêmes sommes jusqu’à la fin de son crédit.

En contrepartie, ces prêts ont un taux plus élevé que les crédits à taux variable, les rendant ainsi parfois plus chers à terme.

Aussi, en cas de baisse des taux, le prêt ne connaissant aucune variation, il peut alors être judicieux de procéder à une renégociation du crédit pour pouvoir bénéficier de la baisse.

Des prêts multiples à taux fixe

Bien que rigides, les prêts à taux fixe sont également multiples. Parmi eux, l’emprunt à taux modulable. Celui-ci, sans changer le taux, permet en effet de moduler les remboursements en faisant varier le montant de ses mensualités à la hausse ou à la baisse. Basés sur des négociations avec l’établissement bancaire, il est également possible de suspendre les mensualités durant une courte période ou procéder à un remboursement anticipé.

Autre solution, toujours dans ce cadre, le prêt à mensualités progressives. Basées sur un taux fixe, les mensualités augmentent, quant à elles, de façon progressive, souvent de 1 % par an. Ce choix intéresse plus particulièrement les jeunes couples envisageant une augmentation des revenus une fois leur installation dans la vie professionnelle. Son coût total reste cependant plus élevé que le prêt conclu à taux et mensualités fixes.

Enfin, la dernière formule adaptable pour un prêt à taux fixe est celui in fine. Ce dernier est plus particulièrement destiné aux professionnels. Le principe est de rembourser uniquement les intérêts durant toute la durée du prêt, le capital étant, lui, à rembourser lors de la dernière échéance. Si le montant des intérêts est plus important, ces derniers ont, en revanche, l’avantage d’être déductibles des impôts. Un choix donc idéal pour toutes les personnes imposables, disposant un certain revenu.