Assurance de pret immobilier


Pouvoir bénéficier d’un prêt immobilier permet à beaucoup de ménages d’accéder à la propriété, ces crédits s’accompagnent généralement d’une assurance qui garantit, à l’organisme prêteur, le remboursement du prêt, au cas où son souscripteur viendrait à subir une baisse de revenus, l’empêchant alors de pouvoir honorer les échéances restantes. Les garanties prévues, dans le cadre de ces contrats, dégagent également l’assuré lui-même ainsi que ses héritiers, de toute responsabilité vis-à-vis de ce prêt, au cas où ce dernier, suite à différents sinistres, ne pourrait plus assumer les mensualités ou décèderait avant d’avoir pu régler en totalité sa dette.

Ces assurances, bien que souvent proposées, par l’organisme prêteur lui-même, peuvent être souscrites auprès de la compagnie choisie par l’assuré lui-même, plusieurs d’entre elles, telles que MMA, Generali, Cardif…, proposant aujourd’hui ce type de contrat. Il est d’ailleurs important d’étudier plusieurs offres et de faire jouer la concurrence avant d’y souscrire, les prestations et les tarifs pouvant varier considérablement d’un organisme à l’autre.

Les principales garanties proposées couvrent, tout d’abord, le décès et l’Invalidité Absolue et Définitive (IAD) de l’assuré. Ces deux situations sont indemnisées de la même manière, à savoir que l’assureur prend immédiatement en charge l’intégralité du solde restant dû, en effectuant le remboursement directement auprès de l’établissement prêteur. L’appréciation de la notion d’invalidité répond généralement, dans ce cas-là, aux mêmes règles que celles prises en compte par la Sécurité Sociale, même si certains organismes se réservent parfois le droit de désigner eux-mêmes leurs propres médecins-conseils qui évalueront eux-mêmes l’état de santé de l’assuré afin de déterminer si celui-ci peut bénéficier ou non de l’attribution  de cette prestation.

L’incapacité de travail ainsi que l’invalidité permanente sont également des risques pris en charge par ces assurances, celles-ci versant, dans ces cas-là, le montant des mensualités arrivant à échéance, après un délai de trois à six mois d’arrêt de travail consécutifs, dus à un accident ou à une maladie. La couverture est, en général, de 100 %, dans le cas d’une incapacité de travail, alors que l’indemnisation de l’invalidité permanente dépend du degré de celle-ci ; ainsi, en dessous de 33 %, aucun versement n’est prévu, alors que si celle-ci est supérieure à 66 %, la prise en charge est totale, un taux évalué entre ces deux valeurs donnant droit à une garantie proportionnelle.

Il est également possible, dans le cadre d’une assurance de prêt immobilier, de se prémunir des conséquences d’une perte d’emploi. Les prestations des assureurs interviennent généralement, dans ce cadre-là, dans un délai compris entre 3 et 9 mois, sur une partie des mensualités, pouvant varier de 20 % à 50 %, les sommes restantes devant continuer à être versées par l’assuré. Les emprunteurs, connaissant parfaitement leur situation professionnelle, ne souscrivent cette garantie que lorsqu’ils considèrent en avoir réellement besoin ; celle-ci s’avère donc, par conséquent, être souvent utile, raison pour laquelle les différents organismes pratiquent, dans ce domaine, des coûts assez élevés limitant ainsi grandement son intérêt, un seul contrat sur cinq bénéficiant actuellement de cette protection.

L’assurance d’un prêt immobilier semble donc tout à fait nécessaire pour que l’emprunteur puisse se protéger, ou préserver ses proches, des risques de voir son bien saisi en cas de difficultés financières, suite à son décès ou à un sinistre ayant entraîné son invalidité. La souscription des contrats permettant de prévenir une période de chômage dépend, quant à elle, directement de l’ensemble des caractéristiques présentées, par chaque assuré, à ce niveau là.